Nous interagissons en permanence avec notre environnement. Nous le subissons, le modifions et nous y adaptons. Chacune de nos actions ainsi que de nombreux paramètres qui nous sont extérieurs (actions d’autrui, météo…) le modifient. Nous devons sans cesse nous adapter à la nouvelle configuration à laquelle nous devons faire face.

Une situation d’agression ne fait pas exception :

Nous devons nous adapter… ET VITE !

Le schéma type d’une agression physique se caractérise notamment par une contraction du couple espace / temps qu’il faut à tout prix combler.

Au fur et à mesure la situation évolue et que l’agression se précise, la distance agresseur / victime diminue, et par là même le temps dont dispose la victime pour réagir à la situation.

Plus nous laissons la dynamique d’agression s’installer, plus notre temps de réaction devient précieux. Il devient critique lors de la phase d’assaut.

 

Notre stratégie de défense devra donc intégrer comme objectifs :

-          La maitrise de l’espace

Et

-          La maitrise du temps

 

Dans cet article, je me propose de décortiquer les mécanismes de prise de décision et d’action ainsi que leur influence sur notre temps de réaction.

L’objectif étant d’en tirer des pistes concrètes de travail destinées à accroitre notre capacité et notre vitesse d’adaptation et donc de réaction face à une situation violente.

 

1-    Analyse du processus décisionnel :

Chaque action que nous réalisons est le résultat d’une comparaison mentale entre la situation présente et la situation souhaitée. Afin d’illustrer ce principe, prenons l’exemple de boire un verre d’eau :

Ce mécanisme préside, la plupart du temps de manière inconsciente, à toutes nos actions et interactions avec notre environnement. C’est ce mécanisme que le colonel John Boyd a décrit au travers de la célèbre boucle décisionnelle OODA.

Observer :

Nous appréhendons notre environnement et ses composantes au travers de nos sens (en particulier la vue, l’ouïe et le toucher). Notre cerveau collecte en permanence l’ensemble de ces infos de manière la plupart du temps inconsciente.

 

Orienter :

Lors de la phase d’orientation, nous analysons les différents stimuli perçus par nos sens et reconstituons une image mentale de notre environnement (situation présente). Nous comparons cette image mentale à une autre image mentale correspondant à la situation souhaitée.

Puis, nous élaborons et comparons plusieurs scénarii d’actions permettant de rallier potentiellement la situation souhaitée. Nous réalisons une simulation de ces scénarii et en estimons leurs conséquences ainsi que leurs probabilités de réussite.

 

Décision :

A l’étape décision, nous arrêtons notre choix sur le scénario ayant le plus de probabilité de permettre d’aboutir à la situation souhaitée.

 

Action :

Enfin, lors de la phase action, notre cerveau envoie l’ordre à nos membres d’exécuter l’action décidée et nos membres se mettent en mouvement pour la réaliser.

Toute action entrainant une modification de notre environnement, nous devons réinitialiser la boucle en repassant par une phase d’observation afin d’estimer le résultat de notre action. En outre, notre environnement étant constamment changeant (du fait de paramètres extérieurs), la boucle est en permanence relancée même si nous n’avons initié aucune action.

Le processus mental complet (OODA) permettant d’aboutir à une action prend un temps non négligeable que nous appellerons Temps Requis.

 


 

Définitions :

Temps de Réaction : Temps écoulé entre un stimulus et le début de l’action déclenchée par le stimulus

Temps de Mouvement : Temps écoulé entre le début et la fin de l’action

Temps Requis : Temps Requis = Temps de Réaction + Temps de Mouvement

Ainsi, plus je serai capable de parcourir ma boucle OODA rapidement, plus je m’adapterai vite à la situation et plus j’aurai de chance de prendre mon agresseur de vitesse.

 

De ce constat, nous pouvons tirer deux stratégies pour maitriser le facteur temps :

-          Augmenter ma rapidité de parcours de ma boucle

-          Ralentir, voir court-circuiter la boucle adverse